– Label ampli – “Nous avons constaté un engouement pour le Label ” – Pascal ILBOUDO, Equipop

Pascal Ilboudo, Equipo

– Label ampli – “Nous avons constaté un engouement pour le Label ” – Pascal ILBOUDO, Equipop

Pascal Ilboudo est référent technique développement organisationnel (DO) au sein du pôle administration, finance et développement organisationnel d’Equipop. Il est la cheville ouvrière du Label ampli. En plus d’avoir participé à l’élaboration du processus de labellisation et à l’intégralité des missions d’évaluation, il suit depuis plusieurs années l’ensemble des organisations engagées dans la démarche qualité, mise en œuvre par l’Alliance Droits et Santé avec le soutien d’Equipop. 

Pouvez-vous faire le point sur la mise en œuvre du Label ampli ?

Le Label ampli a été officiellement lancé en décembre 2020. Conformément au calendrier, des missions d’évaluation ont été menées, entre mars et juin 2021, dans six pays : le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Niger et le Sénégal. Au total, 18 organisations ont été évaluées (Bénin : ROAJELF, JVS, Le BACAR ; Burkina Faso : ASMADE, MMF-ANBF, SOS-JD ; Côte d’Ivoire : AFJCI, ASAPSU, MESSI, ONEF, LEADAFRICAINES, RIJES ; Mali : AJCAD, RENAJEM, AMSOPT ; Niger : LAFIA MATASSA, Scouts du Niger ; Sénégal : ONG JED).

J’ai participé à chacune de ces missions d’évaluation comme membre du Comité de labellisation. A mes côtés se trouvaient toujours un·e représentant·e des organisations membres du comité. La démarche est participative et les organisations s’évaluent entre pairs. Les organisations évaluées se sont totalement appropriées la démarche. D’ailleurs, chaque organisation postulante a proposé volontairement le niveau – sur les 3 – auquel elle prétend, au regard des critères et de ses capacités à les remplir.

 

Comment se sont déroulées les missions d’évaluation ?

Il ne s’agit pas de prendre les organisations à défaut. En amont des missions, une phase préparatoire consistait à informer l’organisation demandeuse. Au moins un mois à l’avance, elle reçoit la liste des preuves à fournir selon le niveau auquel elle postule. Nous transmettons également les termes de référence qui fournissent le contexte et la constitution de l’équipe de la mission, ainsi que la méthodologie et le chronogramme détaillé de la mission.

J’insiste, l’objectif du Label n’est pas de faire un contrôle inopiné, c’est une vérification de conformité par rapport aux critères du Label ampli. Pendant la mission, les membres du Comité vont vérifier le contenu et la forme de toutes les pièces transmises. Les résultats de l’évaluation de chaque organisation sont validés par ses représentant·e·s. 

Le rapport de chaque mission a été remis au Comité de labellisation qui a débattu et statué sur l’attribution du Label. Nous avons donc pu officiellement communiquer à toutes les organisations membres les résultats de l’évaluation. 

 

Racontez-nous ce que serait une “organisation idéale” …

Concrètement, une organisation idéale dispose de tous les documents juridiques qui l’autorisent à exercer. Deuxièmement, ses organes – assemblée générale, bureau, conseil d’administration … –  fonctionnent de façon satisfaisante pour assurer une bonne gouvernance. Troisième élément capital, l’organisation met en œuvre ses activités en fonction de référentiels : plan stratégique, statuts, manuels de procédures …

 

Et pour les organisations qui n’en sont pas encore là, comment s’améliorer ? 

Elles peuvent mettre en œuvre les recommandations émises par la mission de labellisation. Elles peuvent également poursuivre la mise en œuvre des projets d’amélioration identifiés dans le cadre de leur démarche qualité. 

Nous avons d’ailleurs pu le constater sur place, les organisations qui n’ont pas rempli l’ensemble des conditions incontournables se sont mises immédiatement au travail. Aussitôt après la mission, certaines ont entamé la mise en œuvre des recommandations et nous ont déjà fait parvenir les preuves de leurs efforts. 

Partout où nous sommes passé·e·s, nous avons pu constater une forte motivation  pour le Label et une volonté des organisations de s’appuyer sur la démarche qualité pour s’améliorer. 

 

Quelles sont les prochaines grandes étapes du Label ampli ?

Maintenant que le Comité de labellisation a délibéré, les organisations labellisées ont d’ores-et-déjà la possibilité d’utiliser le logo Label ampli sur leurs correspondances officielles. Ensuite, nous procéderons à la remise officielle des certificats. 

Ces outils vont leur permettre de valoriser la démarche qualité entreprise depuis plusieurs années dans le cadre d’Alliance Droits et Santé, avec l’appui d’Equipop. 

Nous organiserons bien entendu de prochaines sessions de labellisation en fonction des opportunités. Une organisation qui a réussi à valider le niveau 1 pourra, dans les prochains mois, postuler au niveau 2 ou 3 si elle se sent prête.

L’important est d’aborder le processus de labellisation dans la démarche globale d’amélioration de la qualité !